Actus Jazz

« Migration Blues » d’Eric Bibb : quand le blues devient porteur d’espoir

On a souvent l’habitude de voir le blues comme une musique plutôt dépressive, exprimant les accidents de la vie, ou la détresse d’un peuple. Dans ce nouvel opus du chanteur et guitariste Eric Bibb, il porte un message d’espoir, profondément positif et humaniste, en réponse aux événements actuels qui touchent tous les continents. Sortie le 31 mars chez Dixie Frog. Le titre parle de lui-même : « Migration Blues ». Sur son dernier album, Eric Bibb nous raconte une histoire ancestrale et encore terriblement actuelle : le déracinement. Ses textes semblent avoir été écrits au début du XXe siècle, mais ces récits sont intemporels : les voyages périlleux et initiatiques des bluesmen ayant dû fuir le sud rural du Mississippi pour gagner les grandes villes comme Chicago ou Détroit résonnent en écho aux afflux de migrants en Europe.
Deux chansons leur sont d’ailleurs dédiées : « Refugee moan », qui retranscrit avec les tripes ce que peut ressentir un être humain forcé de tout abandonner du jour au lendemain pour espérer des jours meilleurs ; et « Prayin for shore » où un migrant à bord d’une embarcation de fortune guette avec inquiétude et espoir un rivage pour l’accueillir. Ces migrations, c’est aussi toute l’histoire du blues : parti des champs de coton avec une instrumentation sommaire et acoustique (le « delta blues » du Mississippi), il s’est urbanisé et électrifié dans les villes industrielles comme Chicago avec Muddy Waters ou Detroit avec John Lee Hooker.

Un style à la fois minimaliste et moderne

Eric Bibb a choisi de conserver le côté épuré du blues des origines : une guitare (le plus souvent National ou Dobro, ces fameuses guitares à résonateur métallique au son imposant, et notamment celle du grand Bukka White jouée par Bibb sur « Postcard from Booker »), une voix habitée, parfois un harmonica (l’ami fidèle Jean-Jacques Milteau), un banjo ou une deuxième guitare (Michael Jerome Browne), très occasionnellement une pulsation rythmique sommaire. Pas de fioritures, pas d’esbroufe, pas de solo tonitruant ; mais une ambiance qui évoque le deep south delta : moite, rugueux, désertique.
Le morceau titre est sans paroles, comme si la musique exprimait encore mieux que les mots le sentiment de déracinement. Des notes qui évoquent le périple, le danger, l’inconnu, mais aussi l’espoir d’une vie meilleure. Ce sont d’ailleurs ces tonalités plutôt majeures qui donnent une couleur optimiste à l’album.
C’est toute la force de ce disque : tout en revisitant le style des classiques (Robert Johnson, Son House, Bukka White, Mississippi Fred McDowell et consorts), Eric Bibb embrasse littéralement le delta blues pour lui donner une autre dimension qu’on pourrait presque qualifier de « World music ». Même si l’ambiance de l’album est typique deep south delta, on ressent une ouverture indéniable vers d’autres continents que l’Amérique, notamment l’Afrique (« Four years, no rain » et « Mornin  train ») et bien sûr l’Europe avec « Prayin for shore ».

Stacey Kent orchestrale…

Stacey Kent va sortir son premier album orchestral. 58 musiciens devraient entourer la chanteuse américaine dans son nouvel opus, I Know I Dream, annoncé le 20 octobre sur le label Okey Music. Au programme, plusieurs standards brésiliens mais aussi une reprise de Avec le Temps, de Léo Ferré. Stacey Kent présentera cet album à la salle Pleyel, à Paris, le 19 novembre.

Gregory Porter sur les traces de Nat King Cole…

Gregory Porter rend hommage au chanteur Nat King Cole… C’est à l’occasion d’un showcase, à Londres, que le vocaliste américain a présenté son nouvel opus, très attendu, qui sortira le 27 octobre sur le label Decca… Le disque aura tout simplement pour titre « Nat King Cole and me ». Un premier single, « Smile », a déjà été mis en ligne…

Un festival de grands noms à la Nouvelle-Orléans…

Encore du beau monde cette année au NOLA, le New Orleans Jazz & Heritage Festival…Ce sera du 28 avril au 7 mai à la Cité du Croissant avec notamment au programme une belle délégation cubaine emmenée par Chucho Valdes, mais  aussi George Benson, Stevie Wonder, Harry Connick Jr et Trombone Shorty.

Autres têtes d’affiche, Monty Alexander, Lee Konitz, Kenny Barron, Hugh Masekela et Dr John… L’annonce de cette programmation coïncide avec la venue en France du lieutenant-gouverneur de Louisiane venu présenter les festivités l’an prochain du 300e anniversaire de la Nouvelle-Orléans.

Académie du Jazz: Palmarès 2016

Les trophées 2016 de l’Académie du Jazz ont été décernés, ce dimanche 22 janvier, au Pan Piper, dans le 11e arrondissement de Paris:

Prix Django Reinhardt : Fred Nardin
Grand Prix/meilleur album : Avishai Cohen, « Into the Silence »
Prix du Disque Français : Laurent Courthaliac, « All My Life »
Prix du Jazz Vocal : Michele Hendricks,  « A Little Bit of Ella »
Prix du Musicien Européen : Andy Sheppard
Prix Réédition: Thad Jones / Mel Lewis, « All My Yesterdays… »
Prix Jazz Classique : J.Etcheberry / M.Pastre / L. Mazetier
Prix Soul : William Bell, « This Is Where I Live »
Prix Blues : Corey Dennison, « Corey Dennison Band »
Prix du Livre de Jazz : Duke Ellington,  « Music is my Mistress »

L’Echonilh’Jazz – 29 Octobre 2016

JOURNAL DU FESTIVAL de CONILHAC 2016
Rédacteurs du Journal  :
Jérôme BAUGUIL, Jean Michel CHESSARI, René GRAUBY, Babeth PORCARELLI

Téléchargez le journal au format pdf

Un concert simple et sincère à l’image de Mickaël

A l’appel de René Grauby, président du festival de Jazz / Conilhac, plus de quarante musiciens avaient répondu « présents » pour l’hommage à Mickael Juraver.
Qu’on se le dise, Jazz Conilhac fédère. Nous en avons eu la preuve ce samedi, avec un élan de solidarité sans précédent de la part de ses amis artistes.
Chacun a souhaité, à sa façon, offrir quelques notes venues embrasser cet espace, cette atmosphère déjà empli de beaucoup d’émotion.
Sur la scène de Conilhac, se sont succédées des formations venues spécialement de toute la grande Région, Aude, Pyrénées-Orientales, Ariège, Hérault,Haute-Garonne:
- Le trio Laetitia Jollet, Carole Gayraud et Léo Juraver.
- Gérard Poncin, Philippe Panel et Léo Juraver,
- Santandrea Jazz Band
- Le West Coast
- Latin’oc
- Le Trio Bergin
- Standard trio
- Gérard Poncin trio
- Jean Michel Cabrol 4TET
- Jean Marie Juraver, Grégory Juraver et Léo Juraver
Un concert unique, une succession d’expressions musicales, de partage, venant tour à tour porter une pierre à l’édifice de cette œuvre éphémère, se voulant  gaie, simple et sincère, à l’image de Mickael.

Hommage à Mickael Juraver

Samedi 17 Septembre 2016 – 21h

Tarif : 15 euros

Jazz / Conilhac rendra hommage à Mickaël Juraver le 17 septembre 2016. Disparu beaucoup trop tôt suite à une terrible maladie, Mickaël participait au festival depuis de nombreuses années. Une amitié sincère et fidèle avait renforcé les liens qu’il entretenait avec les organisateurs et musiciens du festival. Contrebassiste professionnel et passionné de musique, trés connu dans la région, Mickaël aimait retrouver la scène du festival et son ambiance si particulière. Il n’était pas rare de l’apercevoir à la Cave à Jazz, toujours prêt à faire le boeuf avec les autres musiciens. Jazz / Conilhac  adécidé d’ouvrir la scène à ses amis, qui viendront spécialement jouer en son honneur. En voici une liste non exhaustive : Big Band west Coast, Latin Oc, Trio Bergin – groupe New Orleans avec Jacques Adamo, Eric Martignolles, Xavier Bonnery, Jerôme Vacquier, Eric Gilles – Standards Trio avec Philippe Leogé Jean pierre Barreda, Hugo Miquel – La famille Margarit : Léo, Tania, Bernard avec David Bouad, JM Cabrol, Gérard Poncin, Vincent Calmettes, Michel Calvayrac, Jean Santandrea, Lætitia Joliet, Léo Juraver, Jean Marie Juraver, Grégory Juraver.

Plus de 40 musiciens seront présents pour jouer pour Mickaël le 17 septembre 2016. Nous espérons vous voir nombreux à cette soirée de soutien à sa famille. Les bénéfices de la soirée iront à son épouse et à ses enfants.

Affiche Festival Jazz/Conilhac 2016

Jazz / Conilhac a présenté la nouvelle affiche pour le festival 2016. Issu et choisi parmi les nombreux envois reçus suite à notre annonce réalisé en Avril dernier.

Nouvelle affiche et nouveau programme maintenant en ligne sur le site. Encore incomplet il viendra s’étoffer de textes et nouvelles photographies courant septembre.

CONCOURS VISUEL AFFICHE JAZZ/CONILHAC 30ème EDITION 2016

Que vous soyez artiste professionnel, amateur, peintre, dessinateur, photographe, plasticien, JAZZ/CONILHAC vous sollicite afin de nous soumettre vos idées pour le visuel qui sera choisi afin d’illustrer tous les supports de communication de la 30ème édition de JAZZ/CONILHAC qui se déroulera du 29 octobre au 26 novembre 2016.

En trente ans de programmation, le visuel choisi a été renouvelé chaque année mais souvent conçu en interne. Nous voulons, pour cette 30ème édition nous ouvrir à des regards nouveaux et proposer aux artistes programmés et aux spectateurs une œuvre originale en rapport à l’effort consenti sur notre communication.

Votre proposition sera soumise à une commission composée du Maire de notre commune, de membres de notre Conseil d’Administration et de musiciens ayant l’habitude de fréquenter notre festival.

Nous vous proposons, pour que votre production soit utilisable sur l’ensemble des supports, un cahier des charges précis que vous devrez respecter et que vous pouvez télécharger ici.

La date limite de dépôt des propositions est fixée au 10/06/2016

Merci pour votre participation.

Page 1 sur 512345