Samedi 25 Novembre : Duo Richard Galliano-Didier Lockwood

Samedi 25 Novembre à 20h45

Richard Galliano
Didier Lockwood

 

 

 

 

 

On ne présente plus Didier Lockwood et Richard Galliano ! Après plusieurs décennies à parcourir le monde et partager les scènes avec les plus grands (au risque de paraître très réducteur on citera Stéphane Grappelli ou Miles Davis pour l’un Martial Solal ou Claude Nougaro pour le second), réunir à Conilhac le violoniste et l’accordéoniste (qui ont fortement marqué l’histoire du festival) est un rêve qui devient réalité.
Présenté pour la première fois en public, ce projet s’inscrit dans la lignée de celui qui liait Didier Lockwood et Richard Galliano à Bireli Lagrène, autour du swing, « le fondement de leur musique ». Dans le monde du jazz, les histoires de rencontres et de retrouvailles sont légion. Richard Galliano a déjà travaillé avec Didier Lockwood, C’est donc sous cette formation en duo que les musiciens refermeront la dernière page du festival 2017.

RICHARD GALLIANO : « Sans lui, l’accordéon sentirait encore la friture des bords de Marne, évoquerait gaillardement les cotillons bleu-blanc-rouge et les fesses frôleuses du balajo. Richard Galliano, c’est mieux qu’une guinguette sur l’Hudson. Au fond de sa « new musette » on picore chez les huiles : Debussy, Coltrane, Bill Evans… et Astor Piazzolla, le maître… » (Chazz Belmonte expo jim 2017)
Musicien, arrangeur et compositeur de génie, Richard Galliano sillonne la musique à travers tous ses styles et ses genres. Après avoir  remporté à douze ans un concours de jeunes prodiges, Richard commence à fréquenter les milieux du jazz au milieu des années 80. Il travaille alors avec de nombreux musiciens, de Chet Baker à Michel Portal en passant par Eddy Louiss, Enrico Rava, Claude Nougaro et bien d’autres. Mais c’est la rencontre, en 1983, d’Astor Piazzolla qui sera pour lui déterminante. Elle marque le début d’une longue amitié et donne à sa carrière une orientation nouvelle : il crée le concept de “ New Musette “, à l’image du “ New Tango “ de l’Argentin, et va dès lors connaître un succès constant dans les contextes les plus divers, à l’image de Jazz/Conilhac qui invitera cet extraordinaire musicien pour la cinquième fois
DIDIER LOCKWOOD : Maître averti et violoniste vertueux, Didier Lockwood a marqué la scène du jazz contemporain. Agé de 17 ans, l’illustre violoniste rejoint le cultissime groupe Magma, et apprend de Stéphane Grappelli. D’autres rencontres lui permettent de s’épanouir hors de ce milieu : André Ceccarelli, Henri Texier, Gordon Beck, Martial Solal, Michel Petrucciani, Philip Catherine, Christian Escoudé, Uzeb… Bref, cet hyperactif très vite reconnu par ses pairs, ce musicien bardé de décorations et les bras chargé de “grands prix” est un virtuose à qui tout sourit. Il a su dégager son propre style, synthétisant l’héritage laissé par ses prédécesseurs (Grappelli, Warlop, Ponty) en y ajoutant notamment sa passion pour le rock d’Hendrix. Même si une grande partie de sa carrière est marquée du sceau du jazz fusion, c’est aussi un délicat interprète de ballades. Tous les spectateurs de ses concerts vous le diront, le terme qui résume le mieux son tempérament reste le qualificatif “virtuose et lyrique”. Sans cesse à la recherche de nouvelles pistes, il s’est lancé, au même titre que Richard Galliano, dans le nouveau défi lancé par les organisateurs conilhacois.

Première partie :
Louis MARTINEZ Quartet

Musicien dans la grande tradition de la guitare jazz, issu de Wes MONTGOMERY et de JIM HALL, Louis MARTINEZ évolue sur la scène languedocienne et au-delà depuis maintenant plus de trente ans.
Dans les années 60-70, il joue de la guitare et de la basse dans divers groupes de Rock, de rythme & blues, puis de musique brésilienne. C’est dans les années 80 qu’il se tourne résolument vers le jazz. Dés lors, son itinéraire musical lui fait côtoyer les maîtres de la guitare jazz: Christian ESCOUDE, Bireli LAGRENE, Mike STERN, Gigi CIFFARELLI, Martin TAYILOR, Philippe CATHERINE, Michel PEREZ, Jean-Paul FLORENS Sylvain LUC… Louis MARTINEZ se produit au cours de ses dernières années dans divers festivals (Marciac, Calvi, Patrimonio, Riom, Pézenas, Marvejols, Sète, Conilhac, Villeneuve les Béziers, Tanger, Merida, etc…) aux côtés notamment de Jeanne LEE, Kirk LIGHTSEY, Alain RESPLANDIN, Philippe LEOGE, Jean-Michel CABROL, Jacques ADAMO, Dominique RIEUX, Daniel HUCK, René NAN etc…. Il collabore avec Dominique Rieux et le Big Band Brass pour lequel il compose « Art Jazz Création », œuvre qu’ils ont joué à Conilhac en 2014.
Pour ce passage en première partie de Richard Galliano et Didier Lockwood, Louis nous fera découvrir l’album enregistré en 2017 qui rend hommage à son ami, le bassiste Michaël Juraver avec notamment l’émouvant « Thème pour Mike ».
Les Multiples voyages et rencontres de Louis Martinez se retrouvent dans ses compositions qui dépassent le cadre strict du jazz. Dans cet album la complicité avec ses musiciens fait la part belle à l’improvisation sur des mélodies délicatement ciselées.

Louis MARTINEZ : Guitare
Gérard PONCIN : Piano
Philippe PANEL
 : Basse
Stéphane BEUVELET : Batterie