Archives

Hommage à Claude Nougaro

Dimanche 23 Novembre – Salle des Fêtes
Entrée 8 euros – 16h

Tremplin du Jazz

Fidèle à sa quête de nouveaux talents, le festival mettra à disposition d’un groupe de jeunes musiciens son infrastructure et son organisation pour leur permettre de se produire dans des conditions optimales.

Françoise MARZA et Bernard Maragrit 4tet
Hommage à Claude Nougaro

Originaire du sud de la France, cette chanteuse fut baignée dès sa plus tendre enfance par les chansons de Claude Nougaro. Attirée elle aussi par les sonorités exotiques et par le jazz, elle lui rend hommage avec ce tour de chant. C’est l’occasion de redécouvrir l’immense talent du «petit taureau», à travers le regard et la sensibilité d’une femme, lui qui les aimait tant. Que Claude Nougaro soit dans votre mémoire ou pas, vous apprécierez ce spectacle. Tour à tour jazzy ou java, bluesy ou bossa, Cécile ou Marie-Christine, Françoise Marza vous fera voyager dans l’univers sucré-salé de notre grand poète. Saviez-vous que Claude Nougaro a « découvert la campagne et son calme, dans l’Aude », à Paziols, où il a notamment écrit l’un de ses plus beaux albums, « L’Enfant Phare » ? Françoise Marza est incollable sur le répertoire du poète chanteur toulousain, que ce soit à propos d’Une Rivière des Corbières (On l’appelle le Verdouble, La rivière qui déroule, Ses méandres sur les pierres), ou les plus célèbres « Cécile », « Une petite fille ». Incollable, parce que le caractère de ce monstre de la chanson française lui sied bien. « Il était plus « motsicien » que musicien » explique l’interprète : « Nougaro a fait un rejet de la musique, étant fils d’un baryton et d’une pianiste toujours en tournée, ce qui a fait qu’il a été élevé par ses grands parents. » Françoise Marza a, elle aussi, pris la musique « comme elle vient », sans doute parce qu’elle n’est pas née dedans. « J’étais infirmière libérale pendant 20 ans, les enfants ont quitté la maison et j’avais besoin de changer de vie, de prendre d’abord une année sabbatique…» raconte-t-elle. « J’ai pris des cours de chant pendant tout ce temps, et puis il y a eu la rencontre avec Bernard (Margarit). Dans ce cas de figure, la musique on la ressent plus qu’on ne l’analyse, on vibre c’est tout ce qui importe et Nougaro fait vibrer. » On avait grandement apprécié Françoise et Bernard lors de la dernière cave hivernale pour un émouvant hommage en duo à Claude, le petit taureau. Pour ce deuxième dimanche du jazz, Françoise sera accompagnée par trois musiciens, son compagnon Bernard Margarit à la guitare (et auteur des arrangements), Hervé Chiquet à la batterie et Antoine Ona à la contrebasse. En petite formation, impossible de jouer Nougayork, mais Toulouse a été adapté à la guitare (alors que l’original intégrait un orchestre symphonique !) et le spectacle réserve bien d’autres surprises. « Je me suis donné cette chance-là, vivre sans courir, sans voiture, quittant Carcassonne pour Villarzel-du-Razès, vivre pour le chant… » Parfois « il faut tourner la page, changer de paysage ».

Françoise MARZA (Vocal)
Bernard MARGARIT
(Guitare)
Antoine ONA
(Contrebasse)
Hervé CHIQUET
(Batterie)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>